sectionsocialiste-st-thegonnec

sectionsocialiste-st-thegonnec

En Bretagne


Heureusement, dans le Finistère, c'est la gauche au pouvoir.

 
LA DROITE ABANDONNE L’AGRICULTURE BRETONNE
 
champ_de_vaches_2_1600x1200_-24e0f.jpg
 

"Le Conseil départemental du Morbihan vient d’annoncer, par la voix de son Président François Goulard, l’arrêt de sa politique en faveur du développement économique de son département y compris en matière d’agriculture.
Pour se justifier, François Goulard se réfugie derrière la loi NOTRe octroyant à la Région une compétence exclusive en matière d’aides aux entreprises.
Cette justification est pourtant erronée. En effet, la loi NOTRe maintient la possibilité pour les départements de soutenir financièrement les domaines spécifiques de l’agriculture, de la pêche ou encore de la forêt.
C’est ainsi que les trois autres départements bretons ont déjà annoncé leur volonté de poursuivre leurs aides en faveur de l’agriculture.
Par cette annonce, le Conseil départemental du Morbihan vient par conséquent de mettre un terme à sa participation au cofinancement des aides du FEADER, le second pilier de la PAC.
C’est donc le soutien à l’installation des jeunes agriculteurs morbihannais ainsi que l’aide à l’investissement dans les exploitations de ce département qui se retrouvent aujourd’hui compromis.
Cette décision, résultant d’un choix politique de la majorité départementale et non d’une contrainte nationale comme le prétend le Président Goulard, constitue donc un véritable préjudice pour l’agriculture en Morbihan et l’ensemble des emplois qui en découlent.

Par de tels agissements, il sera bien difficile, malgré les discours de façade, pour le Président Goulard et l’ensemble de la droite bretonne de prétendre qu’elle agit en faveur de l’agriculture et de l’emploi."

 

Fédération PS du Finistère

Brest le 14 octobre 2015


15/10/2015
1 Poster un commentaire

Non, en République, on ne célèbre pas les attentats !!!

 

Ce week-end, quelques dizaines de militants de divers mouvements bretonnants se sont retrouvés dans les Monts d’Arrhée pour faire entendre leurs revendications culturelles.

En République, l’expression populaire est un droit fondamental, mais, l’appel à célébrer un attentat (la destruction par explosif d’un relais télévisuel) constitue un insupportable appel à la légitimation de la violence.

L’apologie de la violence, revendiquée par certains mouvements soi-disant représentatifs des Bretons, ne peut pas être autorisée dans nos territoires et encore moins banalisée.

Les Socialistes de la 4ième circonscription condamnent donc fermement toute personne ou tout mouvement célébrant la violence physique comme moyen d’action.

 

JP Vemot

Délégué de la 4ième circonscription du Finistère


22/06/2014
0 Poster un commentaire

Trop c’est trop

 

Au lendemain de la Journée de mobilisation des bonnets rouges qui s’est achevée par le  déversement de fumier devant la préfecture de Morlaix, la Fédération du Finistère du Parti Socialiste s’est fait l’écho de l’exaspération d’une grande partie de la population finistérienne.

Le 14 juin, les bonnets rouges s’étaient donné rendez-vous devant les préfectures de Bretagne pour casser. Tout était prêt. Les camions et les tracteurs remplis de fumier étaient sur place.

Tout au long de la semaine, les messages diffusés sur les réseaux sociaux allaient dans le même sens : on va refaire le coup de la

prise de la préfecture de Morlaix en 1961.

Mais il manquait un élément, et pas des moindres, pour que cette journée d’insurrection soit un succès : l’adhésion des Bretonnes et des Bretons. Car il est clair que les porte-paroles des bonnets rouges ne représentent qu’eux-mêmes : un élu du centre Finistère à l’égo surdimensionné et un producteur de légumes ultra-libéral.

Faute d’avoir pu saccager les symboles de l’État, le 14 juin, les bonnets rouges ont gravement abîmé l’image de notre région et de notre département.

En s’accaparant le gwen ha du, ils font passer les Bretonnes et

les Bretons pour des poujadistes réactionnaires qui descendent dans la rue pour déverser du fumier devant les préfectures sans aucune revendication.

Après cet échec retentissant, Thierry Merret et Christian Troadec osent encore convoquer le président de la République?

Qu’ils se taisent donc! François Hollande viendra dans le Finistère quand bon lui semblera et il y sera bien accueilli. Mais ni lui, ni aucun autre responsable de la majorité présidentielle, ne cédera aux injonctions des bonnets rouges.

Aujourd’hui, s’il leur reste un peu de lucidité, les dirigeants de ce mouvement seraient bien inspirés d’annoncer sa dissolution.


21/06/2014
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser